Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ce tesmogne l’istorie, bien furent vint miler,
Armez a une gise, blanc et ros a quartier,
Penuns et entresaignes et fort escuz borclier
9415E mout rices covertes cascun a son destrier.
Li temp, qe nuble estoit, les fist mout trevailer ;
Maint bois trepaserent, maint vaus et maint rochier
E maint villes bruisies des le tans ça arier,
185 aOu ne puet creature estier ni abitier,
9420Tant redotent la gere Carlemaigne ou vis fier.
Au paser d’un forest, lez l’euve d’un viver,
Chevaucherent un plans, dunt largie est li santier,
O cantoient li ousiaus por vignes et por verçier ;
De Nobles oïrent li coch en aut cantier
9425E l’une gaite l’autre apeler e hucer,
Esveilier les dormanz, proier dou bien garder.
Bien veïsent la ville, non sunt si lontanier,
Mais l’oscurtez nes laisent veoir ni figurer.

CCCCVII[1]

François s’aresterent lez le fluns de Clarelle,
9430O l’eve ist d’un viver o aute est la canelle ;
A destre canterent li osiaus sor la ramelle.
Bien veïsent de Nobles l’aute e apainte torelle,
Mais la scurtez non lasse, q’a veoir lor revelle.
Par dejoste le mur d’une gaste capelle
9435A treit les docces piers Bernars qe les cadelle.
« Seignors », ce dist Bernars, « en num sainte Pulcelle,
« Qi mais fu proz, ichi besogne les apelle :
« Venus somes conqere Aragons et Castelle
« E dou barons saint Jaqes eslargier la sentelle.

    9414 lorclier — 9417 boĩs, rechier — 9418 brusues ; cf. l’ital. brusciare, et plus loin, au v. 10021, l’inf. broisir — 9421 lez manque — 9424 De n. hoirent li c. cuaut c. — 9428 M. loscuritez uos laisent

  1. — 9430 isti dun viner — 9432 laute capañte — 9435 candelle — 9436 e num.