Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/49

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
XLV
INTRODUCTION

complètement ou même suivant que ces refrains sont remplacés ou non par ce que les théoriciens appellent un rentrement.

Nous aurons donc :

1o Avec refrain complet, abba | abab | abba abba :

α — Vers de 5 syllabes — no xlii.

β — Vers de 8 syllabes — nos xxiixxixxiixxvxxxixxlxlixlivxlvxlvixlixlilivlxxxviiicxiiicxxiii.

2o Avec refrain incomplet, abba | abR | abbaR :

α — Vers de 7 syllabes — nos clxxxicxc.

β — Vers de 8 syllabes — nos viviiviiiixxivxvlxlxxilxxvcvcxcxivcxxviiicxxxiicxxxiiicxxxviiicxliiicxlivcxlixclxivclxvclxviclxxiclxxivclxxxviiclxxxcxciii.

γ – Vers de 10 syllabes — nos clxclxxix.

3o Avec rentrement, abba | abRt | abbaRt.

Le rentrement que nous voyons apparaître ici pour la première fois n’est autre chose que le premier mot ou les premiers mots du premier vers de refrain se répétant en place du refrain après le deuxième et le troisième couplets. Nous savons déjà que depuis Christine de Pisan les refrains peuvent être écourtés et ne plus comporter qu’un ou deux vers : nous venons de voir du reste que notre manuscrit offre un grand nombre de rondeaux quatrains à refrain incomplet. Cette tendance à raccourcir le refrain s’accentue davantage au milieu du xve siècle, et l’on en arrive bientôt dans les rondeaux en vers décasyllabiques à répéter après les deuxième et troisième couplets, non plus le refrain, non plus un vers de refrain, mais seulement le premier hémistiche du premier vers de refrain. La règle une fois