Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/87

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
15
ET AUTRES POÉSIES

Une dame de tel afaire,
Qui ne veult jamaiz nul bien faire,
5Sinon des maulx bien largement !

Mès servés la bien[1] doulcement,
Et ung venu nouvellement
En ara pour vous se[2] salaire :
Or maudit [soit il qui en ment !]

10Amende moy[3] tout hardiment,
Car je pense bien aultrement,
Voire, mais c’est tout au contraire :
Des maulvais[4] pas se fault retraire ;
Di je[5] pas vray ? Ouy vrayement.
15Or maudit [soit il qui en ment !]

XVIII[6]

Vaillant

(fol. 12)
Bonnes gens, j’ay perdu ma dame :
Qui la trouvera, sur mon ame,
Combien qu’elle soit belle et bonne,
De tresbon cueur je la luy donne,
5Sans en prendre debat a ame.
 

  1. 1719 de la Bibl. nat., fol 59 v° et 130 ; comparez une pièce de Charles d’Orléans (II, 172) qui semble être la réponse à ce rondeau.

  2. Ms. fr. 1719 (1) et (2) Serues la bien et.
  3. Ms. fr. 1719 (1) son ; Ms. fr. 1719 (2) le.
  4. Ms. fr. 1719 (1) du.
  5. Ms. fr. 1719 (1) et (2) de.
  6. Ms. fr. 1719 (1) et (2) Nest il.
  7. XVIII. Ce rondeau se trouve aussi deux fois dans le ms. fr. 1719 de la Bibl. nat., fol 51 v° et 139.