Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/88

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
16
RONDEAUX

La belle scet tresbien[1] sa game,
Dieu scet[2] comme loyaument ame[3] :
Pour Dieu, qui l’ara[4] mot ne[5] sonne.
Bonnes gens, [j’ay perdu ma dame.]

10Gardés la bien, la gentifame,
Que nul ne la blesse ou entame,
Car, par Dieu, la gente mygnonne
Est a chacun doulce personne.
Helas ! povre et[6] desert me clame[7] !
15Bonnes gens, [j’ay perdu ma dame !]

XIX

Vaillant

(fol.12 v°)
M’amour, helas ! vueilliés amer
Cil qui vous ayme sans amer
D’amour tresamoureusement,
Ou, las ! se l’amoureuse ment,
5L’amant fust mieulx dedans la mer.

Car Amours l’a contraint et mis
Comme amys
A vous aymer tant fort, m’amie,
Que du tout son cueur a desmis
10Et promis
Qu’aultre jamais n’aymera mie.

  1. Ms. fr. 1719 (2) trop bien.
  2. Ms. fr. 9223 soit.
  3. Ms. fr. 1719 (1) et (2) Loyaument ayme ce quelle ame.
  4. Ms. fr. 1719 (1) Qui la trouuera
  5. Ms. fr. 1719 (2) nen.
  6. Ms. fr. 9223 pouret.
  7. Ms. fr. 1719 (1) De nulluy ne veut auoir blasme