Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/89

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
17
ET AUTRES POÉSIES

D’amoureulx cueur, sans desamer,
Vous aymera, ou entamer
Le puisse Amours amerement !
15Sy l’aymés amyablement
Qu’Amours ne vous puisse blamer.
M’amour, [helas ! vueilliés amer
Cil qui vous ayme sans amer
D’amour tresamoureusement,
20Ou, las ! se l’amoureuse ment,
L’amant fust mieulx dedans la mer.]

XX

Anthoine de Guise

(fol. 13)
Vostre œil, se fort harbalestier,
Quant vous estiés devant yer
Embuchée en une fenestre,
Me blessa u cousté senestre,
5Dont j’ay de grace bien mestier.

Il emporta mon cueur entier,
Sans m’en lesser ung seul quartier ;
Aincy m’eist Dieulx que c’est ung maistre,
Vostre œil, [se fort harbalestier.]

10Qui de luy se vouldra gaitier,
Lesser luy fault tout le sentier,
Et s’en fuïr hors de son estre.
Helas ! je le doy bien congnoistre,
Il m’a joué de son mestier,
15Vostre œil, [se fort harbalestier.]