Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/99

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
27
ET AUTRES POÉSIES

XXX[1]

Blosseville

(fol. 17 v°)
Ha ! cueur ! qu’as tu qui me resprens ?
Vers toy en riens je ne mesprens ;
Ne nullement je n’ay mespris ;
Servir te fais pour avoir pris,
5Mès certes tresmal le comprens.

Tousjours a ton plaisir j’emprens,
Et par[2] ton vouloir entreprens ;
Puis qu’autrement n’ay entrepris,
Ha ! cueur, qu’as tu ?

10A me blasmer a tort te prens,
Mès pour Dieu plus ne t’y[3] reprens,
Car par[4] moy ne t’est nul mal pris ;
Tu ne saroys dire le pris
Que vault le bien que je t’aprens :
15Ha ! cueur, qu’as tu ?

  1. XXX. Ce rondeau se trouve aussi deux fois dans le ms. fr. 1719 de la Bibl. nat., fol. 53 et 140 v°.
  2. Ms. fr. 1719 (1) et (2) a.
  3. Ms. fr. 1719 (2) te.
  4. Ms. fr. 1719 (1) pour.