Page:Anthologie contemporaine, Première série, 1887.djvu/193

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Claire, sœur Claire, j’étais venu… j’attendais… j’avais des choses à vous dire !… mais je ne sais plus quoi !

Puis se rappelant ;

— Ah ! oui, une bonne fête de Pâques !

Et il traîna sur cette phrase, s’embrouillant à la répéter de ses grosses lèvres ouvertes.

Non moins embarrassée, sous la douceur humide de ces yeux bleus qui la mangeaient, sœur Claire se sentait envahie d’une grande rougeur, dans le tumulte de son sang de vierge.

— Merci !… C’est bien gentil !… Moi aussi, bégayait-elle à travers l’émoi d’un sourire ravi.

Et ils demeurèrent là, oubliant l’église, le passage des curieuses béguines, les petites toussoteries indignées des anciennes, dans cette pression chaude de leurs mains enlacées où passaient les amollissements d’une affection déjà longue.

Martinus Putz, le premier, eut la conscience du danger qu’il y avait pour tous deux à s’exposer en public et serrant les doigts de sœur Claire dans une étreinte plus forte il lui chuchota à demi-voix :

— Allons-nous en… On nous regarde… Mais je vous verrai de là-haut, Claire… Oui, du haut de mon orgue… Et je jouerai pour vous… de jolis airs, vous verrez !

Ils s’entre-regardèrent encore un bon coup, comme on boit un breuvage grisant, puis se quittèrent, elle, se coulant dans le poudroiement soleilleux du porche, lui, se faufilant à travers l’escalier colimaçonnant qui conduisait au jubé. Et tandis qu’elle trempait le bout de la main dans le bénitier, ses prunelles roulèrent une dernière fois du côté de l’ombre où deux fortes épaules achevaient de disparaître.

Une blancheur liliale et molle emplissait l’église, tournoyant autour des piliers et avivant jusqu’aux sombres renfoncements des confessionnaux. Elle entrait par les hautes fenêtres latérales en larges ondes laiteuses qui s’étendaient sur les dalles, les murs et les voûtes, avec l’enveloppement d’un grand brouillard où les contours se fondaient, comme dissous au flot de cette lumière humide, grasse, vivante, célestement pascale. Sur l’autel des candélabres s’allumaient de flammes roses au scintillement des cierges, tout pâles dans la transparence de l’air. Et les cuivres du lutrin, l’or du tabernacle, la grande Trinité de marbre, estompés par le