Page:Anthologie contemporaine, Première série, 1887.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
16

Celui-ci, son grand fouet à la main, se tourna sur le siège de la voiture pour leur crier :

— Toujours tout droit.

À cent mètres plus loin, ils croisèrent les croquemorts, dont le retour s’effectuait avec une satisfaction visible.

— Où est la fosse ? répétèrent le peintre et son ami.

Les quatre hommes répondirent :

— Un peu plus loin… sur la droite.

En effet, un peu plus loin, sur la droite, la concierge barrait le sentier.

— Ah, çà, monsieur Richard, d’où venez-vous ? cria-t-elle.

Le gros pansu soufflait bruyamment. Il salua la vieille Mme Brachet, dont le nez se terminait par une goutte brillante.

Or, tandis qu’un des fossoyeurs jetait sur le cercueil la première pelletée de terre, quelques flocons se remirent à danser. Ils voltigeaient d’abord dans le ciel gris, puis glissaient vers la neige du sol. Les pelletées commencèrent à se succéder avec des chocs roulants. Chacun restait cloué à sa place.

— Eh bien ! fit brusquement la concierge en ouvrant son vaste parapluie, qu’est-ce que nous faisons ici plantés comme des pieux ?… Allez, nous ne la ressusciterons pas !

Puis, l’âme heureuse, elle ajouta :

— Dites donc, madame Brachet, ce n’est point tout le monde qui serait sorti par une fichue neige comme çà !

La vieille dame ébaucha un sourire angélique. Et on s’en alla.

Ainsi eurent lieu les funérailles de Francine Cloarec.


Léon Hennique

LIBRAIRIE NOUVELLE. — Bruxelles, 2, Boulevard Anspach, 2.
LIBRAIRIE UNIVERSELLE. — Paris, 41, rue de Seine, 2.
DIRECTION : Bruxelles, 62, rue du Marteau, 62.