Page:Antoine Loysel, Institutes coustumieres, 1607.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
16
LIVRE I. TIT. V.

vingt ans ſelon la diuerſité des couſtumes : mais en ce qui concerne l’alienation de l’immuable, elle ſe doit prendre par tout à vingt-cinq ans.

XXIIII.

Si le bailliſtre rend la terre à ſon mineur auant ſon aage, ſes hommes ne luy feront point hommage s’ils ne veulent : Comme auſſi ſon ſeigneur, ne l’y recepura point s’il ne luy plaiſt.

XXV.

Tuteurs & bailliſtres doiuent incontinent faire inuentaire des meubles & tiltres des mineurs.

XXVI.

Inuentaires peuuent eſtre faic‍ts à la requeſte de ceux qui y pretendent intereſt.

XXVII.

Et par nos couſtumes ſe faiſoient par les Notaires & tabellions, ſelon ce qu’il eſt remarqué par Iean Faure.



Tit. V.

De compte.

I.


NVl ne reçoit la choſe d’autruy qu’il n’en doiue rendre compte.

II.

Tuteurs & autres ſubiec‍ts à compte, doiuent faire & recepte & deſpenſe entiere, les iuſtifier, & payer le reliqua.

III.

En compte n’y a point de prouiſion.

IIII.

Qui compte ſeul, compte deux fois, comme celuy qui compte ſans ſon hoſte.

V.

Comptes ſe rendent aux deſpens de l’oyant, mais le rendant les auance.