Page:Antoine Loysel, Institutes coustumieres, 1607.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


plus en plus, & mons‍trera qu’elles ſeruent grandement à la recognoiſſance de noſtre droic‍t François. Comme ſi quelques vnes d’icelles ne ſemblent, ou en effec‍t ne ſont perpetuellement vrayes, ſouuenez-vous qu’il faut du commencement : tenir pour reigle ce qui eſt plus vniuerſel & general, ores qu’il y ait des exceptions & en effec‍t, que la premiere reigle de toutes les reigles es‍t celle cy.

Nvlle reigle sans favte.