Page:Arène - Friquettes et friquets, 1897.djvu/17

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
3
AVANT-PROPOS

là. Je m’assieds à l’ombre, sur la terrasse, je commande un apéritif et m’arme de philosophie.

L’attente n’a, d’ailleurs, rien de désagréable.

Une horloge se fait entendre. L’heure de sortie des ateliers ! Le trottoir devient tout joyeux comme pour une sortie d’école. Voici les petits typographes aux doigts brunis par le régule ; voici les petites brocheuses, agaçantes sous leur sarrau, l’aire de gamines trop précoces ; et voici également, à cause du voisinage du noble faubourg et de quelques rues consacrées aux industries élégantes, voici les petite ouvrières de la couture, des modes et des fleurs.

Tout cela court, rit et gazouille.

— C’est-y insolent, ces friquettes !… s’écrie un gros monsieur, qu’elles bousculent en passant.

Friquettes, mot admirablement trouvé. Oui ! friquettes, sœurs des friquets. On ne saurait désigner mieux les gentils oiseaux parisiens que le milieu du jour fait se répandre par les rues.