Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/440

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Considérons maintenant la région située au centre du disque apparent de la Lune ; là, les parties matérielles seront attirées, suivant la même ligne, mais en sens contraire, par la Lune et par la Terre. Aux bords du disque, l’action que la Lune exerce sur la matière, sera à peu près perpendiculaire à l’attraction de la Terre sur cette même matière. Il semble donc impossible que les effets combinés de ces attractions soient les mêmes au centre et aux bords ; si l’attraction de la Terre était entrée à l’origine pour quelque chose dans la formation des aspérités lunaires, le bord et le centre seraient différemment constitués, ce qui n’est pas.

Aucune action extérieure à la Lune n’a donc contribué à la production de son relief.


CHAPITRE XII

des rainures


Nous allons maintenant dire quelques mots des accidents particuliers à certaines parties des régions lunaires, et dont on n’a pas donné jusqu’ici des explications satisfaisantes. Ces accidents constituent ce qu’on a nommé récemment des rainures.

On appelle ainsi des sillons, très-étroits et assez longs, s’étendant en lignes droites ou avec de légères courbures, entre des bords parallèles et très-roides. On ne voit pas sur les bords des rainures de protubérances sensibles du terrain qu’elles parcourent ; elles traversent souvent des cratères, mais quelquefois elles se terminent à leurs con-