Page:Archives des sciences physiques et naturelles, 1921, volume 3.djvu/40

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

du circuit des bobines fixes du dynamomètre afin d’obtenir une compensation complète de la force magnétique du pendule. Suit la lecture du courant compensateur. Puis, les courants du dynamomètre sont commutés simultanément ; la compensation est renouvelée ainsi que la lecture du courant.

Ensuite, on coupe le courant excitateur de l’aimant, on contrôle la température et l’on fait l’observation du zéro du pendule. Alors, le courant d’excitation est rétabli en sens contraire et les opérations ci-dessus sont reprises.

Les quatre lectures du courant compensateur sont répétées au moins deux fois pour chaque température. Le tarage du potentiomètre et la mesure du courant de la bobine mobile du dynamomètre ont lieu avant et après chaque série de quatre lectures.

Les valeurs les plus élevées des courants de compensation employés ont été de l’ordre de grandeur de : pour la bobine mobile, et de : pour les bobines fixes.

Les composés : et ont été étudiés avec un courant d’excitation de l’aimant de :  ; pour l’investigation des composés : et la valeur de était de 12,0 amp. D’autre part, l’étude du sesquioxyde de chrome a été faite pour trois valeurs différentes du champ, correspondant à

À titre d’exemple pour la marche des mesures et pour la réversibilité de la variation de la susceptibilité, je donne un extrait du protocole d’une série d’expériences sur .

Le produit des deux courants du dynamomètre, qui mesure le moment magnétique du corps à étudier, est corrigé toutes les fois de l’effet du moment magnétique dû à la suspension à vide et à l’ampoule contenant le corps.

La détermination de la correction pour le pendule, y compris l’ampoule destinée à contenir un composé à étudier, a été toujours faite en fonction de la température par intervalles de 50°.

Quelques ampoules ayant été examinées en fonction du champ, il s’est trouvé qu’à la température ambiante le paramagnétisme résultant (en raison de la superposition du moment magnétique de la suspension) variait dans le même sens que l’intensité du champ. Une seule ampoule a fait exception.