Page:Archives israelites 1851 tome12.djvu/278

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


268 aacntvns `Ishaq marcha ensuite vers le Wagara et battit les Falasha dans la plaine d’Anjiba. A la suite de cette défaite, une grande partie du Falasha du Simën alla s’établir au pays aujourd’hui occupé par les Galla Azaho. En 18lt8, les masgid falasha existant en Tigray sur la rive droite du Takazé étaient: DDDR Aksum l; feu!. J"! D abha 7 `lîtby Zimblla 6 , 'W *117 Add aro Ut Ces cent quarante Falasha ne parlent que le Tlgrayoa, a l’ex- ception de quelques réfugiés qui parlent Kayla, c’est··à··dire Huarasa. Il est remarquable ‘qu’Abba Yshaq ne m’ait rien dit des Falasha qui vivent en Tigray. “ Le message de M. Luzzato fit une profonde impression sur · les Falaaha, et Ya Aynë Mise désolé de n’avoir pu assister a la conférence, me conjura à son tou? par le Créateur des julia et des chrétiens, do tout ce qui aeté et de tout ce qui sera, de pu- blier en Europe les paroles qui suivent: a Ya Lyne Miss (nom donné par sa mère) dont le vrai nom a est yvtnt (ll me vaut mieux) aux lsraélltes du nord t » Trouvonvnous ensemble; on n’a de force, ou n’a de selenee, » que lorsqu’on se connait. Communiquons notre musique et n nos explications des Saints-Livres. J’ai fait vœu de visiter s Jérusalem. .Venen vers moi ou bien j’irai vers vous: · ne » nfawusez pas de manquer au `respect du sabbat, car nil! a an *1;; mv R1 pour la Loi on manque a la Loir Je suis » pauvre et n’ai pas de quoi voyager. Je respeetersi le sabbat s jusqu’a la mer. Je sais expliquer tous les livres saintsettneme » le nouveau Testament des Chrétiens. L’on ine trouvera a a Aksum par Pintermédiaire d’Antoine (d’Abbadie). » La mus ique kaylasha des Falasha m’a paru douee et curieuse dans le petit nombre de chansons qu’ils n1’ont fait entendre, et j’ai vivement regretté de n'avoir pu la noter. Quant à leur musique Giiz. ou sacrée; elle ressemble a celle des Abyssins chrétiens; mon oreille ne lui a trouvé des charmes qu’a près un long séjour en Ethiopie: les tous m’y semblent oeupés autre-