Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 1.djvu/188

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chapitre iv.

Naissance de Borgella. — Examen des reproches faits aux mulâtres par les colons. — Occupations de Borgella pendant sa jeunesse. — Éducation de l’homme de couleur. — Borgella abandonne le toit maternel pour commencer sa carrière militaire.


Jérôme-Maximilien Borgella naquit au Port-au-Prince, le 6 mai 1773, d’un blanc et d’une quarteronne. La nature qui, dans l’union entre les deux races, européenne et africaine, se plaisait souvent à combiner ses couleurs de manière à confondre l’orgueil de la première, fît du jeune Maximilien un être dont le physique était en tout semblable à celui des blancs. Devenu homme public, il eut quelquefois occasion de rectifier l’erreur où se trouvaient, à ce sujet, des Européens qui visitèrent le pays.

Son père, Bernard Borgella, grand planteur, avocat au conseil supérieur du Port-au-Prince, devint maire de cette ville au commencement de la révolution, et fut ensuite président de l’assemblée centrale de Saint-Domingue, sous le gouvernement de Toussaint Louverture, dont il était le principal conseiller. C’était un homme d’une grande capacité : nous trouverons occasion d’en parler encore.