Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 1.djvu/261

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chapitre viii.

Entrée des hommes de couleur au Port-au-Prince. — Les Suisses et leur déportation. — Affaire du 21 novembre 1791. — Expulsion des hommes de couleur. — Incendie du Port-au-Prince. — Crimes commis par les blancs.


On a vu les blancs du Port-au-Prince contraints, le 23 octobre, à signer le traité de paix de Damiens. En vertu d’un article particulier, on fît venir sur cette habitation, des députations de la garde nationale, des bataillons d’Artois et de Normandie, de l’artillerie royale, de celle de Praloto, de la marine royale et marchande qui, réunies à M. de Leremboure, maire de la ville, à Caradeux aîné et autres commissaires blancs signataires du traité, jurèrent de l’observer et de le maintenir dans tout son contenu.

En agissant ainsi, les blancs cherchaient à inspirer une confiance aveugle aux hommes de couleur. Ceux-ci n’hésitèrent pas à faire leur entrée au Port-au-Prince. D’ailleurs, pour exécuter le traité, il fallait que leur armée y pénétrât : le renouvellement de toutes les municipalités des paroisses confédérées de l’Ouest, de l’assemblée provinciale et de l’assemblée coloniale, nécessitait leur présence en cette ville.