Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 3.djvu/490

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’on va lire explique le mot futures de sa lettre du 4 août. Son rapport au Directoire exécutif continue au sujet de l’acte de l’agent :

« Le mécontentement des cultivateurs s’était accru par la contrainte où l’arrêté du 6 thermidor les met de s’engager pour trois ans. Cet acte leur sembla un acheminement à l’esclavage ; ils se rappelaient les moyens proposés par Vaublanc pour établir le système qu’il voulait introduire dans la colonie ; et ils étaient surpris que, lorsque le Directoire avait fait justice de ce conspirateur, son agent proposât les mêmes mesures, les prescrivît, et exigeât leur prompte et entière exécution. Les hommes dépouillés de passion le jugèrent impolitique, injuste et aristocratique. Impolitique, parce que, bien loin d’encourager les cultivateurs au travail, il ne pouvait que leur inspirer des craintes ; qu’il mettait des habitations en rapport dans le cas d’être abandonnées ; qu’il exposait les cultures faciles du café et du coton à être préférées à celle si intéressante, mais bien plus pénible du sucre ; qu’enfin, au lieu défaire fleurir la culture dans tous les points, il la reléguait sur quelques habitations privilégiées. Injuste, parce qu’il favorisait les grands planteurs au détriment des autres propriétaires, par la facilité que leurs grands moyens leur donnaient d’attirer à eux seuls tous les cultivateurs. Aristocratique, parce qu’il concentrait, au milieu de ce petit nombre d’élus, tous les moyens, toutes les facultés, tous les ressorts, enfin, avec lesquels ils seraient parvenus dans la suite à dicter des lois au reste de la colonie. »

On conçoit bien que les cultivateurs ne connaissaient guère le discours de Vaublanc, et que leur mécontentement était en grande partie le fait du général en chef lui-même qui les excitait pour servir ses desseins contre Hé-