Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/376

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


contre eux un trop grand ressentiment des maux qu’elle a soufferts.


TRYGÆOS.

Qu’elle te dise au moins quelques mots.


HERMÈS.

Dis-moi, chère amie, quelles sont tes intentions à leur égard. Voyons, toi, qui de toutes les femmes détestes le plus les anneaux de bouclier… Bien, j’entends. C’est là ce que tu leur reproches ? Je comprends. Écoutez, vous autres, ce dont elle se plaint. Elle dit qu’elle s’est présentée d’elle-même après l’affaire de Pylos, apportant à la ville une corbeille pleine de traités, et que trois fois elle a été repoussée par les votes de l’assemblée.


TRYGÆOS.

Nous avons commis cette faute ; mais pardonne, notre esprit était alors dans les cuirs.


HERMÈS.

Voyons, maintenant, écoute la question qu’elle vient de me faire. Quel était ici le plus malintentionné pour elle, et quel était l’ami, qui souhaitait vivement la fin des batailles ?


TRYGÆOS.

Le mieux intentionné était sans contredit Kléonymos.


HERMÈS.

Quel semble donc être Kléonymos en ce qui touche à la guerre ?