Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 2.djvu/10

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



PISTHÉTÆROS.

Que dis-tu ? Au lieu de la Huppe, tu appelles : « Esclave ! » En place d’ « Esclave ! » il te fallait crier : « Epopoï ! »


EVELPIDÈS.

Epopoï ! Veux-tu que je frappe encore une fois ? Epopoï !





LE ROITELET.

Quels sont ces gens ? Qui est-ce qui crie en appelant mon maître ?


EVELPIDÈS.

Apollôn sauveur, quelle ouverture de bec !


LE ROITELET.

Malheur à moi ! ce sont deux oiseleurs !


EVELPIDÈS.

Voilà un être affreux et d’une vilaine conversation !


LE ROITELET.

Allez tous deux à la malheure !


EVELPIDÈS.

Mais nous ne sommes pas des hommes !


LE ROITELET.

Qu’êtes-vous donc ?


EVELPIDÈS.

Je suis le Peureux, oiseau de Libyè.