Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 2.djvu/119

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LYSISTRATA.

Le ferez-vous ?


KALONIKÈ.

Nous le ferons, dussions-nous mourir.


LYSISTRATA.

Donc, il faut nous abstenir de la cohabitation… Pourquoi détournez-vous les yeux ? Où allez-vous ? Eh bien ! Vous faites la moue, vous secouez la tête ! Pourquoi changer de couleur ? Pourquoi cette larme qui coule ? Le ferez-vous ou ne le ferez-vous pas ? Vous hésitez ?


MYRRHINA.

Non, je ne le ferai pas ! Que la guerre continue !


KALONIKÈ.

Ni moi non plus, de par Zeus ! Que la guerre continue !


LYSISTRATA.

C’est toi qui dis cela, ma sole ? Tout à l’heure tu disais que tu étais prête à donner la moitié de toi-même !


KALONIKÈ.

Oui, oui, tout ce que tu voudras. Mais, s’il le faut, je veux passer à travers le feu. Avant tout, la cohabitation ! Pas possible, ma chère Lysistrata.


LYSISTRATA.

Et toi ?


MYRRHINA.

Moi aussi, j’aime mieux passer à travers le feu.