Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 2.djvu/13

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PISTHÉTÆROS.

Non pas, de par Zeus !


EVELPIDÈS.

Où est-elle alors ?


PISTHÉTÆROS.

Elle s’est envolée.


EVELPIDÈS.

Et tu ne l’as pas fait partir ! Ô mon bon, comme tu es brave !





LA HUPPE.

Ouvre l’huis, pour que je sorte.


EVELPIDÈS.

Par Hèraklès ! quel est cet animal ? Quel plumage ! Quel appendice de triple aigrette !


LA HUPPE.

Quelles sont ces gens qui me cherchent ?


EVELPIDÈS.

Les douze dieux semblent t’avoir mis en piteux état.


LA HUPPE.

Ne vous riez pas de moi en voyant mon plumage ! Car, ô étrangers, autrefois j’étais homme.


EVELPIDÈS.

Nous ne rions pas de toi.