Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 2.djvu/144

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


les hommes surexcités se ruent vers le plaisir, la tête droite comme un bâton, je crois que les Hellènes nous donneront désormais le nom de Lysimakès.


LE PROBOULOS.

Et qu’aurez-vous fait ?


LYSISTRATA.

Vous empêcher tout d’abord de courir en armes à l’Agora, comme des forcenés.


UNE FEMME.

Très bien, par Aphroditè de Paphos !


LYSISTRATA.

Et de fait, aujourd’hui, ils se jettent en armes à travers le marché aux marmites et aux légumes, comme des korybantes.


LE PROBOULOS.

De par Zeus ! ainsi doivent agir les braves.


LYSISTRATA.

Certes, n’est-ce pas une chose ridicule, qu’un homme s’arme d’un bouclier et d’une gorgôn pour acheter des coracins ?


UNE FEMME.

De par Zeus ! moi j’ai vu un homme chevelu, un phylarkhonte à cheval, jeter dans son casque d’airain des jaunes d’œufs pris à une vieille. Un autre, un Thrakien, agitant sa pelte et son javelot, comme Tèreus, effrayait une marchande de figues, et avalait les plus mûres.