Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 2.djvu/27

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mis, colombe, nertos, épervier, ramier, coucou, rouget, kéblépyris, porphyris, kerkhné, plongeon, pie-grièche, orfraie, pivert.


EVELPIDÈS.

Iou ! Iou ! Que d’oiseaux !


PISTHÉTÆROS.

Iou ! Iou ! Que de merles ! Comme ils gazouillent, comme ils arrivent à grands cris !


EVELPIDÈS.

Est-ce qu’ils nous menacent ? Oh ! là, là ! Ils ouvrent le bec, ils nous regardent, toi et moi.


PISTHÉTÆROS.

Cela me paraît être ainsi.


LE CHŒUR.

Popopopopopop ! Où est celui qui m’a appelé ? Dans quel endroit se tient-il ?


LA HUPPE.

Je suis ici depuis longtemps, et je ne lâche pas mes amis.


LE CHŒUR.

Tititititititititi ! Quelle bonne idée as-tu à me communiquer ?


LA HUPPE.

D’un intérêt commun, sûre, juste, agréable, utile. Deux hommes d’un jugement délié sont venus ici me trouver.