Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 2.djvu/28

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



LE CHŒUR.

Où ? Comment ? Que dis-tu ?


LA HUPPE.

Je dis que, de chez les hommes, deux vieillards sont venus me parler d’une affaire prodigieuse.


LE CHŒUR.

Oh ! quelle faute ! C’est la plus grosse depuis que je suis né ! Que dis-tu ?


LA HUPPE.

Que mes paroles ne t’effraient pas.


LE CHŒUR.

Qu’as-tu fait ?


LA HUPPE.

J’ai accueilli deux hommes qui désirent vivement notre alliance.


LE CHŒUR.

Et tu as fait cela ?


LA HUPPE.

Je l’ai fait, et je m’en réjouis.


LE CHŒUR.

Et ils sont maintenant chez nous ?


LA HUPPE.

Comme je suis chez vous moi-même ?