Page:Aristophane - Théâtre 1889 tome 2.djvu/338

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


328 THÉÂTRE D'ARISTOPHANE.

les casques empanachés, les cuirasses, les cuissards, et après un courage digne des sept peaux de taureaux '.

EURIPIDE.

Gare à moi. Il m'assomme avec son avalanche de cas- ques. \ BACCHUs à Eschyle, \

Et comment as-tu fait des héros de tes concitoyens? j Parle, Eschyle, et que ton orgueil ne le rende pas si fa- j rouche. .|

ESCHYLE. :i

Par une tragédie pleine de Mars. U

BACCHUS. 1^

Laquelle ? |

ESCHYLE. |]

Les sept Chefs devant Thèbes. Nul spectateur n'en sortait \i qu'avec la fureur de la guerre dans le sein.

BACCHUS.

C'était rendre un mauvais service à la patrie, car les Thébains en sont devenus eux-mêmes plus guerriers, et tu mérites des coups pour cela.

ESCHYLE.

Il ne tenait qu'à vous de vous livrer à la guerre, mais vous n'avez pas eu de goût pour cela, et depuis, dans mes Perses, j'ai inspiré à mes compatriotes la passion de rem- porter de continuelles victoires sur les ennemis; c'est mon chet-d'œuvre.

BACCHUS.

Ce fut pour moi une grande joie d'entendre raconter la i mort de Darius et de voir les battements de mains du ] chœur qui s'écriait : « Victoire î » \

  • AilusiOQ au bouclier d'Ajax. l

�� �