Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/1041

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Voilà pourquoi c’est une grande oeuvre que d’être vertueux et bon. Car, en toute chose, il est difficile de trouver le milieu ; et, par exemple, s’il est donné à tout le monde de tracer un cercle, il est très difficile de trouver le vrai milieu de ce cercle une fois tracé. Cette comparaison ne s’applique pas moins aux sentiments moraux. Il est aussi très facile de se mettre toujours en colère, et il ne l’est pas moins de rester dans l’état contraire de celui-là. Mais se tenir dans un milieu convenable est chose fort mal aisée. En général, on peut voir, pour toutes les passions indistinctement, qu’il est facile de tourner autour du milieu, mais que le milieu qui mérite véritablement la louange est difficile à rencontrer ; et aussi la vertu est-elle bien rare.