Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/1125

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


d’abord à une très-petite quantité et l’eau qu’on boit et les aliments qu’on prend. Or, comment à une âme mauvaise ne devrait-on pas, pour l’empêcher de faire le mal, lui tout refuser, autorité, richesse, pouvoir, et toutes les ressources de ce genre, avec d’autant plus de sollicitude que l’àme est cent fois plus mobile et plus changeante que le corps ? Car, de même que celui dont le corps est malade doit se soumettre, pour guérir, au régime que j’indiquais tout à l’heure, de même celui dont l’âme est malade deviendra peut-être capable de se bien conduire, s’il ne possède plus rien de tout ce qui le pervertit.

§ 9. Un problème qu’on peut encore se poser, c’est le suivant. Dans les cas où l’on ne peut faire tout à la fois des actions justes et courageuses, lesquelles doit-on préférer ? Pour les vertus naturelles, nous avons dit qu’il suffisait de l’instinct qui pousse l’homme vers le bien, sans même l’intervention de la raison. j'allais là où le choix volontaire et libre est possible, il est toujours dans la raison, et dans cette partie de l’âme qui possède la raison. Par conséquent, on pourra choisir et se décider librement en même temps qu’on sera poussé par l’instinct ; et ce sera dès lors la vertu parfaite, qui, comme nous l’avons dit, est toujoui’s accompagnée de la réflexion et de la prudence. § 10. Si la vertu parfaite n’est pas possible sans