Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/1131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE II, CH. VIII, ^ /!. 127

elles ont été l'objet, et les théories qu'elles ont suscitées, et dont quelques-unes sont contraires aux faits. En étu- diant les questions qu'on a soulevées et en les contrôlant nous-mêmes, nous arriverons autant que possible à dé- couvrir la vérité dans ces matières ; et cette méthode est celle qui peut le plus aisément nous y conduire.

§ 2. Le vieux Socrate allait jusqu'à supprimer entière- ment et à nier l'intempérance, en soutenant que personne ne fait le mal en connaissance de cause. Mais l'intempé- rant, qui ne sait pas se maîtriser, semble bien faire le mal tout en sachant que c'est du mal, emporté comme il l'est par la passion qui le domine. Par suite de ce système, Socrate était amené à croire qu'il n'y a pas d'intempé- rance. ]\lais c'était une erreur. § 3. Il est absurde de s'en rapporter à un tel raisonnement et de nier un fait qui est de toute certitude. Oui ; il y a des hommes intempé- rants; et ils savent fort bien, tout en agissant comme ils font, qu'ils font mal.

§ II. Puis donc que l'intempérance est réelle, je demande si l'intempérant a une science d'une certaine espèce, qui

��celle qu'il indique et qu'il suit pour raie à Nicomaque, livre VU, ch. 2,

la même discussion, dans la Morale à § 2. — Qui ne sait pas se maîtriser.

Nicomaque, livre VII, ch. 1, § li. Paraphrase du mot unique qui est

§ 2. Le vieux Socrate. Ce n'est dans le te\te. — Mais c'était une

pas sans doute par opposition au erreur. Aristote a raison conlre So-

jeune Socrate qui figure dans les dia- crate et son disciple,

logues de Platon ; mais d'un autre § 3. in fait qui est de toute cer-

côté, il est assez étonnant qu'à la dis- tiiudc. Et que l'observation de chaque

lance où Aristote est placé de So- jour peut constamment confirmer,

crate, il lui donne cette épithùte. Voir § 4. Une science d'une certaine

la dissertation de Schleiemiaciier , espèce. Dans la Morale à Nicomaque,

p. 331. — Et à nier l'intempérance, livre VII, ch. 3, la discussion de cette

Voir la même objection dans la Mo- théorie est développée tout au long.

�� �