Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/1273

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE II, CH. VI, § 12. 269

les fois qu'un autre que nous est cause, c'est à lui que re- vient et la louange et le blâme. 11 est donc bien évident que la vertu et le vice ne concernent jamais que des choses où l'on est soi-même cause et principe de certains actes. § 12. Nous aurons donc h rechercher de quels actes l'homme est réellement la cause responsal)le et le prin- cipe. ]\Iais nous convenons tous unanimement que, dans les choses qui. sont volontaires et qui résultent du libre arbitre, chacun est cause et responsable, et que, dans les choses involontaires on n'est pas la vraie cause de ce qui arrive. Or, évidemment on a fait volontairement toutes celles qu'on a faites après une délibération et un choix préalables ; et par suite, il est tout aussi évident que la vertu et le vice doivent être classés parmi les actes volon- taires de l'homme.

��§12. Nous aurons donc d rechercher. Voir les chapitres qui suivent

�� �