Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/1361

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE VU

��TUHOUII". I)K I, AMITIK.

��CHAPITRE PREMIER.

De Fainitié. De son importance sociale. — Théories diverses sur l'amitié : Tamitié se forme du semblable au semblable ; elle se forme du contraire au contraire. Citation d'Empédocle. In- suffisance de ces théories. — Citation d'Heraclite. — Théories qui fondent l'amitié sur l'intérêt, et qui la révoquent en doute.

§ 1. Il faut maintenant étudier l'amitié, en analysant sa nature et ses espèces, et montrer ce qu'est le véritable ami. Ensuite, il faut examiner si le mot d'amitié peut avoir un ou plusieurs sens ; et dans le cas où il en aurait plusieurs, nous demander combien il en a. Nous devrons rechercher aussi comment il faut se conduire en amitié, et quelle est la justice qui doit régner entre les amis. C'est un sujet qui mérite notre intérêt, autant qu'aucune des vertus les plus belles et les plus désirables dont on puisse traiter en morale. § 2. L'objet principal de la politique en effet

��(h. l. Morale à Xicomaquc, livre en amitu. El surtout comnienl il faut

Mil, ch. 1; Grande Morale, livre 11, rompre avec ses amis, quand ou est

cil. 13. forcù nialhouix-usciuent par un devoir

51. Comwciil il fdiit se conduire nuirai de se sépaicr (IYmu.

�� �