Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/1531

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DES MATIÈRES.

��527

��10, 71. — Id., ibîd, 12, n. — N, VU, 13, 1, n. — Cité, N, X, 1, J, n. — ^, X, 2, 3, ?i. — N, X, 2,

7, n. — Id., ibid., 11, 7i. —Cité, G, II, 9, 2, n. — Jd., ibid., 10, n. — Pr. Lix. — Voyez Platon.

Philia des Grecs, vantée par llerder, I\, VIII, 1, 1, m. — N, VIII, IZi, 3, n. — N, Vill, 7, 1, n.

Philippe, Aristote a vécu dans son intimité, N, V[II, 7, ù, n.

PHiLocTi';TE de Sophocle, cité, N, VII, 2, 5, n. — Cité, N, VII, 2, 7. — Cité, N, VII, 9, h, n.

Philoctètf, d'Euripide, cité, N, VI, 6, 3, n.

Philoctète, le ( ) de Tliéo- decte, cité, N, VII, 7, 6.

PniLOLAiis , son mot sur la force irrésistible de certaines idées, E, II, 8, 22.— Pythagori- cien, antérieur à Socrate, E, II,

8, 22, n.

Philosophie des choses hu- maines, belle expression d'Aris- tote, appliquée à la morale et à la politique réunies, N, I, 1, 13, n. — Philosophie des choses hu- maines, N, X, 10, 22.

Philosophie, vénération qu'on doit aux maîtres qui vous ont appris la ( ), N, IX, 1, 8. — Plai- sirs admirables de la ( ), N, X, 7, 3. — La mal comprise du vulgaire, N, II, h, 6. — Ne con- siste pas en de vaines paroles, id. ibid. — La ( ) n'agit jamais immédiatement, Pr. viii.

��PiiiLOsoPHiQi'E, la vie ( ), E, 1,

PniLOXÈiNE d'Erix, gourmand célèbre, N, III, 11, 10. — Fa- meux gourmand. E, III, 2, 12.

■ Phratries, espèce d'associa- tions, E, >^II, 9, 3.

Physiologistes, qu'il faut con- sulter sur l'intempérance, N, VU, 3, 12.

Physique d' Aristote, un de ses principes les plus importants, N, I, 7, 5, n. — Citée, N, X, 3, 3, n. — Citée, E, VU, 15, 16, n. — Indiquée dans la Morale, Pr.

CCLXV.

PiERRON et ZÉvoRT, Icup tra- duction de la Métaphysique d'A- ristote, E, II, 10, 19, n.

PiNDARE, cité, N, VI, 1 13, n.

PiRiTHOiJs et Théseé, n, IX, 10, 6, n.

Pitié, sentiment de la ( ) rare dans l'antiquité, N, III, 1, 1, n.

Pittacus, sa loi contre l'i- vresse, N, III, 6, 9, n.— Cité, N, IX, 6, 2, id., ibid., n. — Sa loi contre l'ivresse. G, I, 31, 25, ??.

Plainte, la ( ) est toujours un signe de faiblesse, N, IV, 3, 28,

71.

Plaintes en amitié, N, VIII, 13,2.

Plaisanterie, justes limites dans l'emploi de la ( ), N, IV, 8, 2 et suiv. — Règles de la ( ), E, III, 7, 8.

Plaisir, il importe à la morale et à politique d'étudier le ( ) et

�� �