Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/468

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


56 MORALE A NICOMAQUE.

ment les écrivains qui ont travaillé sur cette matière des Éloges. Quant à nous, il résulte évidemment de ce que nous venons de dire, que le bonheur est une de ces choses qui méritent notre respect et qui sont parfaites. g 8. J'ajoute en finissant que ce qui lui donne encore ce caractère, c'est qu'il est un principe; car c'est en vue du bonheur uniquement que nous faisons tout ce que nous faisons ; et ce qui est pour nous le principe et la cause des biens que nous recherchons, doit être à nos yeux quelque chose de profondément respectable et de divin.

��§ 7. Les écrivains qui ont tra- spécial sur ce sujet. Ce traité à péri. vaille.... Il s'agit des rhéteurs en § 8. C'est en vue du bonheur

général. On peut voir dans le Mé- uniquement. Le texte est un peu

nexène de Platon un exemp'e de ces moins précis, et l'on pourrait com-

éloges. On en trouve aussi dans les prendre que c'est en me du prin-

œuvres d'Isocrate, Il parait qu'Aris- cipe et non du bonheur que nous

tote lui-même, si l'on en croit 1' /Vno- faisons tout le reste. J'ai suivi Eus-

uynie de Ménage, avait fait un traité trate dans mon interprétation.

�� �