Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/500

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


88 MORALE A NICOMAQUE. '

dans les actes ; et pour les passions et les actes, l'excès en trop est une faute, l'excès en moins est également blâ- mable ; le milieu seul est digne de louanges , parce que seul il est dans l'exacte et droite mesure; et ces deux con- ditions sont le privilège de la vertu.

g 13. Ainsi donc, la vertu est une sorte de milieu, puisque le milieu est le but qu'elle recherche sans cesse.

$ili. De plus, on peut se mal conduire de mille ma- nières différentes ; car le mal est de l'infini, comme l'ont si bien représenté les Pythagoriciens ; mais le bien est du fini, puisqu'on ne peut se bien conduire que d'une seule manière. Voilà comment le mal est si facile, et comment le bien est si difficile au contraire, parce qu'en effet il est facile de manquer le but, et difficile de l'atteindre. Voilà aussi pourquoi l'excès et le défaut appartiennent ensemlile au vice, tandis que le seul milieu appartient à la vertu :

« On est bon d'un seul genre ; on est méchant de mille. »

§ 15. Ainsi donc, la vertu est une habitude, une qualité qui dépend de notre volonté, consistant dans ce milieu qui est relatif à nous, et qui est réglé par la raison comme

��par conséquent, la règle qui s'ap- haut , livre I , ch- 3, § 7 ; et aussi

plique aux uns doit s'appliquer éga- le passage de la ;\Iétaphvsique cité

lement aux autres. dans la note. — On ne petit se bien

S 13. La vertu est une sorte de conduire. Il y a des cas où ceci esl

milieu. Voilà la foi-mule générale vrai; il en est d'autres où ceci n'est

qu'on a prise ordinairement pour le pas. Il peut souvent se présenter

résumé de toute la doctrine morale plusieurs manières de bien faire. —

d'Aristote. Il ne me semble pas qu'il On est bon d'un seul genre. On ne

y ait attaché lui-même toute l'impor- sait point de quel poète est ce vers,

lance qu'on y a donflée plus tard. § d5. Qtii dépend de notre volonté.

$\!i. Les P7jthnrjoricicns. Xokiihii L'assertion est parfaitement vraie ;

�� �