Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/632

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


110 MORALE A MCOMAQLE.

qui fait que- nous nous emportons contre (jui il Taui, pour ce qu'il faut, et dans la forme qu'il faut, en un mot avec toutes les autres conditions voulues. Quant à l'excès et au défaut, ils sont toujours dignes de blâme : d'un blâme modéré quand ils s'éloignent peu de la juste me- sure ; plus vif, quand ils s'en éloignent davantage ; violent, quand ils s'en écartent beaucoup. C'est donc évidemment à la disposition moyenne qu'il faut principalement s'at- tacher.

§ 13. Telles sont les considérations que nous vou- lions présenter sur les habitudes de l'âme relatives à la colère.

��CHAPITRE VI.

��De l'esprit de société : l'homme aimable, et l'homme qui cherclie trop à plaire ; la disposition moyenne dans ce caractère se rap- proche de l'amitié. L'homme qui cherche à plaire doit avoir aussi de la fermeté dans certains cas et doit savoir faire de la peine quand il le faut; il sait encore traiter les gens suivant leur position. — Défauts opposés à ce caractère; la disposition moyenne en ce genre n'a pas reçu de nom spécial.

g 1. Dans les relations de toutes sortes que les hommes ont entr'eux pour la vie commune, soit de simple conver- sation, soit d'affaires, il y a des gens qui cherchent à se rendre agréables à tout le monde. Dans leur désir de

Ch. TV. Gr. Morale, livre I, ch. 28; Mor.ile à EiuUMne, livre III, ch. 7.

�� �