Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/650

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


§ 3. Nous voyons que tout le monde s'accorde à nommer justice cette qualité morale qui porte les hommes à faire des choses justes, et qui est cause qu’on les fait et qu’on veut les faire. Même observation pour l’injustice : c’est la qualité contraire, qui est cause qu’on fait et qu’on veut faire des choses injustes. Voilà donc déjà comme un portrait de la justice que nous donnent ces considérations générales. § 4. Il n’en est pas des sciences et des facultés que l’homme possède comme de ses qualités morales. La faculté aussi bien que la science reste, ce semble, tout à fait la même pour les contraires. Mais la qualité contraire n’est jamais celle des contraires également. Je m’explique par un exemple : la santé ne produit jamais des actes qui soient contraires à la santé, elle ne produit que des choses conformes à la santé. Ainsi, nous disons d’un homme que sa démarche annonce la santé, quand en effet il marche comme un homme qui se porte bien. § 5. Souvent, une qualité contraire se révèle par la qualité contraire ; comme souvent aussi les qualités se

sens commun ; et de là, il s’élève a des considérations de plus en plus hautes.

§ 3. A nommer justice... choses justes. C’est comprendre dans la dé finition l’idée même du défini ; mais on ne peut pas demander ici plus de rigueur. — Comme un portrait. Dont Aristote d’ailleurs ne se dissimule pas l'insuffisance.

§ 4. Reste tout à fait la même pour les contraires. C’est-à-dire que quand on sait, ou quand on peut une chose, on sait et l’on peut aussi la chose contraire. — Je m’explique. Cette explication d’Aristote me dispense d’un éclaircissement qui serait nécessaire ici, et dont il sent lui-même le besoin. — Qui soient contraires à la santé. Et qui soient des actes propres à la maladie.

S 5. Une qualité contraire se révèle. L’exemple donné quelques lignes plus bas explique cette théorie. Quand on sait ce qui constitue une bonne disposition du corps, on sait aussi ce qui en constitue une mauvaise. Il faut voir pour cette théorie générale