Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/671

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE V, CH. IV, g 10. 1/19

le juge égalise les choses; et l'on pourrait dire que, dans une ligne coupée en parties inégales et où la portion la plus grande dépasse la moitié, il retranche la partie qui l'excède et l'ajoute à la plus petite portion. Puis, quand le tout a été partagé en deux parts complètement égales, alors chacun des plaideurs reconnaît qu'il a la part qui lui doit revenir, c'est-à-dire que les plaideurs ont chacun une part égale, g 9. Mais l'égal est le milieu entre la part la plus grande et la part la plus petite, en proportion arithmétique ; et voilà pourquoi, dans la langue grecque, le mot qui signifie le juste, est presque identique à celui qui signifie la division égale en deiLX parties, et qu'il suffit de changer une seule lettre de part et d'autre, pour que les mots qui expriment le juste et la division en deux, le juge et celui qui divise une chose en deux, soient des mots absolument pareils. § 10. Deux choses étant égales, si l'on enlève à la seconde une certaine quantité que l'on ajoute à l'autre, la première suri3assera la seconde de deux fois la quantité ajoutée. Car si l'on se borne à retrancher cette c[uantité à l'une, sans l'ajouter à l'autre, la première chose ne surpassera la seconde que d'une fois cette différence. Ainsi donc, la portion augmentée surpassera d'un la moitié de la chose ; et cette moitié, à son tour, surpassera d'un aussi la portion à laquelle on a enlevé quelque chose.

��§ 8. Le juge égalise les choses, rendre plus sensible le lapproclie-

Répétition de ce qui vient d'être dit. ment que fait Aristotc. Ces compa-

— Chacun des plaideurs reconnaît, raisons étymologiques sont peu sûres

Le plaideur condamné ne reconnaît et d'assez mauvais goûu Aristote eût

presque jamais que le juge a raison, mieux fait de les laisser au Cratyle,

§ 'J. Dans la langue grecque. J'ai qui lui aura peut-être suggéré la

un peu développé ce passage pour pensée de celle-ci.

�� �