Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/714

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


192 MORALE \ NIGOMAQUE.

homme qui est vraiment raisonnable ayant sans cesse les yeux fixés, accroît ou diminue tour à tour ses efforts. Il y a de plus une certaine limite pour les milieux, cpie nous plaçons entre l'excès et le défaut ; et ces milieux sont con- formes à la droite raison.

§ 2. Sans doute toute cette théorie est exacte; mais elle est loin d'être parfaitement claire. Pour toutes les autres occupations de l'esprit, où se trouve aussi la science, il est également vrai de dire qu'il ne faut travailler ou se reposer ni trop, ni trop peu, mais qu'il faut toujours tenir le milieu et suivre la voie que nous indique la droite raison. Mais celui qui n'aurait pour se conduire que cette règle générale, n'en saurait guères plus long sur ce qu'il doit faire ; et c'est comme si, pour les soins qu'on doit donner au corps et à la santé, on venait vous dire qu'il faut faire tout ce qu'ordonnent la médecine et celui qui possède cet art. § 3. De même, il ne suffit pas non plus que nos théories sur les qualités morales de l'âme soient vraies ; il faut de plus déterminer avec précision ce qu'on doit entendre par la droite raison , et en donner la définition complète.

��pérance, la prudence, l'amitié, etc. Aristote, et qui renferme à lui seul

— Ayant sans cesse les yeux fixés, tous les autres. Son tort, c'est d'être

Voir, livre I, ch. 1, §7, des idées assez très-général et de pouvoir varier

analogues et une comparaison près- selon les appréciations de chacun;

qu'identique. — Une certaine li- voilà pourquoi Aristote sent le be-

mitc Tpoxir les milieux. Dans les soin de le préciser, afin de le rendre

clioses matérielles, les milieux sont plus pratique.

assez faciles à trouver ; dans les § 2. Au corps et à la santé. Com-

choses morales, la mesure est bien paraison répétée, quoiqu'en d'autres

autrement délicate. — A la droite termes, dans la Grande Morale, livre

raison. Principe Platonicien, que le 1, ch. 32, § 1.

Stoïcisme a plus tard adopté comme § 3. La définition ccmplètc. Qui

�� �