Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/723

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE VI, CH. UI, .^ 1.

��201

��CHAPITRE III.

��De l'art : définition de l'art : il est le résultat de la faculté de produire et non de l'action proprement dite; il ne s'applique qu'aux choses contingentes, et qui peuvent être ou n'être pas ; il est dirigé par la raison vraie; l'inhabileté n'est dirigée que par une fausse raison.

��§ 1. Dans les choses qiii peuvent être autrement qu'elles ne sont, il faut distinguer deux nuances : d'une part, la production, c'est-à-dire les choses que nous pro- duisons extérieurement, et d'autre part, l'action, c'est-à- dire celles qui ne se passent que dans notre esprit. On voit que la production et l'action sont fort différentes l'une de l'autre. Mais nous nous en rapportons pour ce qui les concerne à ce qui a été dit dans nos ouvrages Exo- tériques. Par suite, la disposition morale qui aidée de la

��Ch. IJl. Gr. Morale, livre I, ch. 32; Morale à Eudème, livre V, ch. 3.

§ J. La production... l'action. Distinction habituelle dans Aristote. Au fond, c'est toujours l'action dans un cas comme dans l'autre; seule- ment dans le premier cas, l'action a un résultat extérieur et matériel ; dans le second, elle n'en a pas ; et elle reste tout entière dans l'esprit

��qui la crée. Je ne nie pas d'ailleurs qu'il soit assez étrange de dire que l'action ne concerne que les choses qui se passent dans l'esprit La langue grecque a sous ce rapport des nuances très -précises que la nôtre n'a pas. — Dans nos ouvrages Exotériqucs. Voir plus haut une ex- pression pareille et la note qui s'y rapporte, livre I, ch. 11 , § 9. Voir aussi la Dissertation préliminaire. —

�� �