Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/760

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


238 MORALE A NICOMAQUE.

vertu propre d'une des parties de l'âme ; et qu'il n'y a pas plus de choix raisonnable de notre volonté sans la pru- dence, qu'il n'y en a sans la vertu, celle-ci étant le but même que nous devons poursuivre, et celle-là nous faisant faire tout ce qu'il faut pour atteindre ce but. § 8. Mais tout utile qu'est la prudence, on ne peut pas dire qu'elle domine souverainement la sagesse , et cette partie de notre âme qui vaut mieux qu'elle. Tout de même que la médecine non plus, ne dispose pas souverainement de la santé, et que sans en faire elle-même usage, elle se borne à découvrir les moyens de nous l'assurer. Son rôle est de prescrire cer- tain régime en vue de la santé ; mais elle ne prescrit rien à la santé elle-même. Enfin, attribuer cette supériorité à la prudence, c'est comme si l'on prétendait que la politique commande même aux Dieux, parce que c'est elle qui com- mande sans exception tout ce qui se fait dans l'État.

��Ceci semble contredire ce qui vient tient aux plus hautes facultés de l'en-

d'ètre aflirmé un peu plus haut, en tendemeut, il la met au-dessus de la

réponse aux théories de Socrate. prudence, quoique dans la conduite

§ 7. D'une des parties de l'âme, ordinaire des choses, elle n'ait, pour

Non de la partie raisonnable, mais ainsi dire, rien à faire. Anaxagore

de la partie qui peut obéir à la lui semble supérieur à Périclès. —

raison. Ne dispose pas souverainement de la

§ 8. Domine souverainement la santé. Peut-être faudrait-il mieux

sagesse. Il est assez singulier qu'A- dire : « de l'emploi de la santé »

ristote donne ici à la sagesse le rôle comme le prouve la suite. La méde-

supérieur, du moins au point de vue cine se contente de rétablir la santé,

moral où il s'est placé. Il recherche C'est ensuite à l'individu lui-même

surtout le côté pratique, et il a d'employer les forces que le méde-

déclaré que la sagesse ne sert en rien cin lui a rendues, comme bon lui

à la pratique de la vie. Il semblerait semble. — Rien à la santé elle-

donc qu'il doit la placer à un rang même. Développement et conGraïa-

inférieur. Mais comme la sagesse lion de ce qui précède.

FIN DU LIVRE SIXIÈME.

�� �