Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/776

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


25 A MORALE A NICOMAQUE.

dans ces occasions, comme les acteurs débitent leur rôle sur le théâtre.

§ 9. On pourrait du reste trouver encore à ces phéno- mènes une cause toute naturelle. Et en voici l'explication. Dans le raisonnemeut qui fait agir, il y a d'abord la pensée toute générale, et d'autre part, il y a une seconde pro- position qui s'applique à des faits particuliers, et ne dé- pendant plus que de la sensation qui nous les révèle. Quand une proposition unique se forme pour l'esprit de la réunion des deux, il faut nécessairement que l'âme af- firme la conclusion qui en sort ; et dans les cas où il y a quelque chose à produire, il faut qu'elle agisse en consé- quence sur-le-champ. Supposons, par exemple, cette pro- position générale : <( Il faut goûter à tout ce qui est doiLX ; » et ajoutons cette proposition particulière : «Or, telle chose spéciale et particulière est douce ; » il y a nécessité que celui qui peut agir et qui n'en est point empêché, agisse sur-le-champ en conséquence de la conclusion qu'il tire, du moment qu'il l'a tirée.

§ 10. Supposons, au contraire, que nous avons dans l'esprit une pensée générale qui nous empêche de goûter

��comme des acteurs... C'est-à-dire, en II semble que ce serait plutôt : «Toute

n'ayant point le moins du monde la logique.» — Une proposition unique.

conscience de ce qu'ils font. C'est la conclusion, qui sort des pré-

§ 9. On pourrait du reste trouver, misses. — Du moment qu'il l'a tirée.

Aristote revient ici avec détail à une Et qu'il goûte à la chose qui lui pa-

explication qu'il n'a fait qu'indiquer raît devoir être douce, plus haut. 11 y a peut-être eu quelque § 10. Supposons au contraire. Ces

déplacementdansie texte; car les dé- hypotlitses pour expliquer l'activité

veloppements qui vont suivre, eussent humaine, sont fort ingénieuses sans

été nécessaires antérieurement pour doute; mais dans la plupart des cas,

((ue la i)ensée fût claire et com- on agit sans songer à raisoimer aussi

l)lMe. — Une cause toute naturelle, subtilement.

�� �