Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/390

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de pechez qu’elle commet tous les jours, quand ils ne seroient tous que veniels, la devroient faire resoudre de s’en corriger, et d’en détacher pour le moins son cœur et son affection, en se retirant autant qu’elle peut de toutes les occasions dangereuses, avant que de prendre la hardiesse d’entrer si souvent dans le sanctuaire, ainsi que Monsieur De Geneve l’enseigne dans sa philothée ? Elle vous respondra, (...). Luy direz-vous, que commettant assez souvent des pechez mortels, si elle veut estre conduite selon l’esprit de tous les peres de l’eglise, elle se doit purifier par les exercices de la penitence avant que d’approcher de l’eucharistie ? Elle vous respondra, que comme elle desire communier tous les jours, elle est aussi resoluë de se confesser tous les jours, ou pour le moins toutes les fois qu’elle aura commis des pechez mortels ; (...), et qu’ainsi, quelque peché qu’elle ait commis, elle peut, en moins d’un quart d’heure, se rendre digne de recevoir l’eucharistie.