Page:Artin Pacha - Contes populaires inédits de la vallée du Nil, 1895.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


le Paradis, avec défense de manger du fruit défendu.

» Ils en mangèrent.

» Dieu leur envoya un exprès pour leur dire de sortir du Paradis, ainsi qu’il avait été convenu en cas de désobéissance.

» — Bien, dit Adam.

» — Bien, dit Eve.

» Mais ils continuèrent à jouir des délices du Paradis.

» Au bout d’un certain temps, Dieu s’étant informé, apprit qu’ils étaient encore dans le Paradis.

» — Ne les a-t-on pas avertis qu’ils devaient en sortir ? demanda Dieu à un de ses aides-de-camp.

» — Si fait, lui fut-il répondu, mais ils ne sont point sortis.

» — Allez de nouveau, dit-il à un huissier, et dites-leur de déguerpir.

» L’huissier part.

» — Ô Adam et Ève, leur crie-t-il, Dieu vous renvoie du Paradis, sortez !

» — Eh bien ! quoi, est-il donc si pressé ; laisse-nous faire nos préparatifs, lui dit Adam.