Page:Artin Pacha - Contes populaires inédits de la vallée du Nil, 1895.djvu/79

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


II


LE POT ENCHANTÉ



Trois sœurs vivaient ensemble. Elles filaient du lin et gagnaient leur vie en commun.

La plus jeune était aussi la plus adroite, elle filait toute seule plus que les deux autres ensemble, et de temps en temps achetait de son propre argent quelque chose pour elle-même.

Un jour qu’elle revenait du marché avec un vieux pot en albâtre, ses sœurs aînées se mirent dans une violente colère et pensèrent la maltraiter pour ses extravagances.

Mais le pot était enchanté et la jeune fille n’avait plus besoin de garder l’argent qu’elle gagnait, car, si elle voulait manger, son pot en albâtre la nourrissait, si elle voulait s’ha-