Page:Artin Pacha - Contes populaires inédits de la vallée du Nil, 1895.djvu/82

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le mariage est annoncé et les noces commencent.

Le dernier jour, après que la jeune fille eût pris son bain, ses sœurs la coiffèrent et lui enfoncèrent dans la tête de grandes épingles en forme d’aigrette.

Dès que la coiffure magique fut terminée et que la dernière épingle fut enfoncée, la jeune fille se transforma en tourterelle avec une houppe sur la tête et s’envola à tire d’ailes par la fenêtre.

Tous les jours elle venait se poser sur la fenêtre de la cuisine du roi et roucoulait tristement.

Le roi avait donné ordre de la faire prendre vivante. Enfin, un jour on parvint à l’attraper et un magicien qui se trouvait pour lors à la Cour pour soigner le jeune prince qui se mourait de consomption et d’amour, reconnut sur la tourterelle le talisman.

Il enleva délicatement les épingles et, lorsqu’il retira la dernière, la tourterelle redevint jeune fille.

Le prince reconnaissant sa fiancée fut guéri aussitôt et depuis ils vécurent heureux et contents.