Page:Asselin - Pensée française, pages choisies, 1937.djvu/146

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
150
PENSÉE FRANÇAISE

d’une des plus fines intelligences et d’un des plus grands cœurs que le Canada français ait connus.

— Montréal, ce trois mars mil neuf cent vingt.