Page:Asselin - Pensée française, pages choisies, 1937.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
22
PENSÉE FRANÇAISE

Ah ! la faim, quand finira-t-on par se convaincre qu’elle peut souvent tourner au bénéfice de celui qui la subit aussi bien que de celui qui l’impose ?

Réduite par certains procédés, elle remplacera peut-être un jour la vapeur et l’électricité dans la mécanique.

Appliquée aux aérostats, elle nous permettra d’aller à la lune.

C’est une force, quoi ?

Si je ne craignais d’effaroucher les âmes timides, je m’écrierais même :

— La faim, c’est la vie !

Les Débats. 25 mars 1900.