Page:Asselin - Pensée française, pages choisies, 1937.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


À PROPOS D’ENSEIGNEMENT GRATUIT ET OBLIGATOIRE


À M. X.,

Québec.

Cher ami,

Vous me demandez pourquoi je laisse préconiser dans le Nationaliste l’enseignement gratuit et obligatoire. Vous êtes un homme intelligent, vous me voulez du bien : votre lettre est donc pour m’aviser qu’en notre pays c’est briguer une mauvaise réputation que d’admettre la discussion de pareils problèmes.

Tout d’abord rendez à la vérité l’hommage de convenir que les adversaires de l’instruction gratuite et obligatoire ont été accueillis au Nationaliste avec les mêmes égards que ses partisans. Un M. Daoust, que je n’ai pas l’honneur de connaître, a écrit chez nous que ce système détruirait la criminalité ; un illuminé du nom de Bégin, nourri par les curés de campagne qui ne lisent qu’un journal, en a profité pour nous traiter de francs-maçons dans la Croix. M. Germain Beaulieu m’a adressé une note de sympathie, un Jésuite de mes connaissances a répondu à M. Beaulieu. Celui-ci a répliqué, le religieux est revenu à la charge, et