Page:Asselin - Pensée française, pages choisies, 1937.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
31
TIREZ LE DERNIER…

de ma part, me coter très haut que de me mettre au-dessus de lui par l’intelligence et le savoir ; mais je m’arrête, de crainte que, le présent numéro des Débats atteignant le monde civilisé, on se demande par là dans quelle partie de l’Asie, de l’Afrique ou de l’Océanie, se trouve ce pays où l’on discute encore si Sainte-Beuve, Guizot, Thiers et Villemain ne méritent pas le carcan, le pal ou le bûcher.

Messire DeGagné, comme le lion de Cervantès, et moins à cause de ma force que de votre ineptie, je vous tourne le postérieur : vous pouvez, à votre aise, y diriger les foudres de cette intelligence que le Ciel semble vous avoir mise non pas dans la tête, mais dans les pieds.

Les Débats, 2 mars 1902.