Page:Aubigné - Les Tragiques, I. Misères, éd. Bourgin et al., 1896.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
86
AGRIPPA D'AUBIGNÉ

685Qui tant et tant de fois par guerres estrangeres
T’esprouva, t’advertit des verges, des misères,
Ce grand Dieu void au Ciel du feu de son clair œil
Que des maux estrangers tu doublois ton orgueil.
Tes superstitions et tes coutumes folles
690 De Dieu qui te frappoit te poussoyent aux idoles ;
Tu te crevois de graisse en patience, mais[1]
Ta paix estoit la sœur bastarde de la paix.
Rien n’estoit honoré parmi toi que le vice ;
Au Ciel estoit bannie en pleurant la justice,[2]
695L’Eglise au sec désert, la vérité après.
L’enfer fut espuisé et visité de près,
Pour cercher en son fond une verge nouvelle
A punir jusqu’aux os la nation rebelle.
   Cet Enfer nourrissoit en ses obscuritez
700Deux esprits, que les Cieux formèrent, despitez,
Des pires excremens, des vapeurs inconues
Que l’haleine du bas exhale dans les nues.
L’essence et le subtil de ces infections


686. De verges, de misères T.



695. Au sec désert. Cf. v. 1303 ; IV, 76, Princes, et l 18, Pvéf. des Trag. : • Dedans la grotte d^un rocher

La pauvrette [la Vérité] a voulu ccrclior Sa maison, moins belle et plus seurei.. QucIquesPois en me proumcnant

La Vérité m’alioit menant

Aui lieux où celle qui enfante,

t)e peur de se pj-rdre, se perd.

Et où I Église qu’on tourmente

S’enferma d’eau dans le désert.

sqq* Cf. Lucain, Ph., VI, 89 :

Ttaxit iners caelum flUvidae contagia pestis Obscuram in nubem. Taii spiramine Ncsis Kmittit Stygium ncbulosis aéra saxis, Antraqùe letifcrl rabiom Typbonis aniielant.

  1. 691. En patience : « Façon de parler adverbiale qui signifie en repos, en paix, en tranquillité. Laissez-moy en patience, laissez-le mourir en patience… » Dict. de l'Acad., 1694. Littré cite l’exemple suivant de Martin Du Bellay : « Alors que ces choses se faisoient tant en Italie que Champagne, la Picardie n’estoit en patience. »
  2. 694. La justice. Cf. IV, 118, Ch. dor., où la Justice vient se plaindre à Dieu d’être méconnue et méprisée sur terre.