Page:Aucassin et Nicolette, edité par Mario Roques, 1929.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


C’EST D’AUCASIN ET DE NICOLETE[70 b]


I


Qui vauroit bons vers oïr
del deport du viel antif
de deus biax enfans petis,
Nicholete et Aucassins,
5des grans paines qu’il soufri
et des proueces qu’il fist
por s’amie o le cler vis,
dox est li cans, biax li dis
et cortois et bien asis.
10Nus hom n’est si esbahis,
tant dolans ni entrepris,
de grant mal amaladis,
se il l’oit, ne soit garis
et de joie resbaudis,
15tant par est douce.


II. or dient et content et fablent

que li quens Bougars de Valence faisoit guere au conte
Garin de Biaucaire si grande et si mervelleuse et si mortel
qu’il ne fust uns seux jors ajornés qu’il ne fust as portes et
as murs et as bares de le vile a cent cevaliers | et a dis mile[c]
sergens a pié et a ceval, si li argoit sa terre et gastoit son5
païs et ocioit ses homes.

Li quens Garins de Biaucaire estoit vix et frales, si avoit